Montpellier - Les mécanismes sous-jacents des réseaux sociaux

La Branche Languedoc-Roussillon du PMI France vous remercie d'avoir assisté à la conférence "Les mécanismes sous-jacents des reseaux sociaux", présentée par Pierre Massote, qui a eu lieu le Mardi 30 Septembre 2014 de 18h00 à 20h30 à l'IAE de Montpellier.

La Branche Languedoc-Roussillon du PMI France a voulu marquer son 5ème anniversaire en Septembre 2014 par l’organisation de cet évènement. L'IAE nous a accueilli dans un amphithéâtre remis à neuf au sein de l'université des sciences UM2.

Robert Grimes, VP PMI Branche Languedoc-Roussillon, a présenté le PMI à une audience de professionnels et d'étudiants : certifications, activités autour de la gestion de projet y compris auprès des écoles primaires, accompagnement à la recherche d'emploi.

L’objet de la conférence animée par Pierre Massotte, était la présentation des mécanismes sous-jacents des réseaux sociaux, faisant une différence entre la démarche des réseaux sociaux et celle adoptée par les entreprises.

Le développement des réseaux sociaux, et des nouvelles technologies souvent associées, pourrait représenter la 4ème révolution industrielle.
Les chiffres de l’industrie informatique/téléphonies dépassent maintenant ceux de l’industrie automobile, car le bien être des jeunes passe aujourd’hui par ces outils qui contiennent tous leurs « amis ».

L’évolution des applications touche de multiples domaines ; dans le médical par exemple, c'est l'apparition de capteurs de tension, des lentilles de réalité augmentée, des objets connectés … 

Internet couvrent désormais 3 domaines :
- L'homme
- Les appareils/objets
- Les médias
Tous les objets communiquent entre eux et l’homme est devenu l'un de ces objets !

Le type d’information échangée est passé du structuré au non structuré par le biais des vidéos.
Les volumes des données enregistrées n’arrêtent pas d’augmenter : environ 150 petta octets de données/h (1 petta = 10puissance 15) ; ils croissent tellement vite qu'il est impossible maintenant de s'y retrouver sans outils appropriés.

Quelles sont les différences de fonds entre systèmes classiques de stockage de données et les réseaux sociaux ?

- Qui se connecte ?
   Ceux qui ont besoin de parler/échanger des émotions. Ils ont entre 100 et 150 amis sur Facebook.
   Ceux qui cherchent des informations/opinions : Ils ont plus de 400 amis sur Facebook.
   Actuellement, un transfert de l’attachement de l’individu pour son entreprise se fait vers les réseaux sociaux ou professionnels.

- Quels sont les impacts ?
   Le problème de l’identité numérique, car nous ne sommes plus maîtres de l’information que nous mettons sur internet.
   La disparition de la frontière entre public/privé.
   La transmission des savoirs quand les personnes quittent leur entreprise. On se rend compte, en effet, que beaucoup d’emails échangés dans le cadre professionnels  sont courts, balisent la question, mais ne creusent pas la problématique.
   Le passage du dialogue au  multi logue.

Le  Plan numérique, inclut dans le rapport du Sénat de Mars 2014, prévoit de développer l’accès à internet ; le but étant qu’avec un accès plus facile à la culture et aux loisirs, les individus seraient plus détendus et plus heureux.

Les réseaux sociaux développent également la notion d'émergence, par construction d’une intelligence collective, ils permettent l'accélération de l’émergence  des idées et des besoins. Ceci nous amène à l'utilisation qu'en font les entreprises.

Elles y font de la veille. Elles y captent tous les besoins, les opinions pour définir de nouveaux produits qui vont répondre à une demande. Un salarié émet des idées,
mais surtout attire des idées et on construit ensemble beaucoup plus rapidement, favorisant ainsi l’innovation sociale.
Par ce biais, nous passons de la main d'œuvre au  cerveau d'œuvre :
- Design thinking : des gens qui sont toujours à l’écoute de ce qui se passe
- Design for all : pour répondre à tous les usagers

Elles utilisent parfois des réseaux sociaux internes pour fidéliser leurs  salariés.

Deux principes caractérisent les réseau sociaux : rapidité et émergence ; mais ils pourraient également être qualifiés d’inclusifs, car ils nous touchent tous, et exclusifs, car ils profitent à peu.

Quels sont les impacts dans la gestion de projet ? On gère en mode collaboratif et dans l'incertitude pour s'adapter à l'émergence, c'est la naissance du Continuos Innovation Process.

Dans une prochaine étape, on peut imaginer que les objets connectés, que l'on trouve maintenant partout (domaine de la santé, les transports, la ville et la maison)
échangeront les données entre eux, et remplaceront les réseaux sociaux.
Ce qui accroît les problèmes de sécurité, car plus on est connecté, moins les données transmises sont confidentielles ; mais pose également la question des limites
de stockage, car tous les ans on stocke un volume de données équivalent à 40 000 fois la Grande Bibliothèque de France.

Une séance de questions a suivi, où l'intérêt des auditeurs s'est manifesté autour des quantités d'énergie nécessaire, des logiques d'investissements...

Partenaires Nationaux Diamants

Partenaires Nationaux Rubis

Partenaires Nationaux Saphir

Partenaires Nationaux Emeraude