Comprendre et gérer l’impact de la virtualisation du travail sur le travailleur et l’entreprise

virtualisation-travail3Invitée par l’école ENSE3 du Groupe Grenoble-INP et la Branche Rhône-Alpes du PMI France, le Dr Cécile Van de Voorde, experte en comportement humain et gestion culturelle chez MANTRA, a brillamment soutenu le 19 novembre, devant un public de plus de 100 industriels, enseignants et étudiants, une conférence pour comprendre et gérer l’impact de la virtualisation du travail sur le travailleur et l’entreprise dans un contexte de mobilité, flexibilité et agilité des nouveaux Temps Modernes.

La conférence a été ouverte par Karine Samuel, Professeur à Grenoble INP et Responsable MANINTEC qui a brièvement présenté les Ecoles du Groupe ainsi que la formation MANINTEC ("MANagement INnovation TEChnologies"2).

Découvrons notre intervenante, le Docteur Cécile Van de Voorde

  • Experte en comportement humain et gestion culturelle.
  • Diplômée en droit et en criminologie, elle est spécialisée notamment en psychopathologie, en profilage et dans l’étude culturelle de la violence dans les relations interpersonnelles.
  • Elle a fondé MANTRA afin de concentrer son énergie sur le conseil en management et ressources humaines, l’éducation et la responsabilisation des travailleurs à travers des formations et interventions variées, ainsi que le mentorat et le coaching (individuel ou en équipe).
  • Dr. Van de Voorde se focalise principalement le stress organisationnel et l’épuisement professionnel, de même que la prévention des violences sur le lieu de travail.
  • Aussi les services proposés par MANTRA portent-ils non seulement sur la gestion du stress traumatique, le Burn Out (prévention et intervention ciblées), le harcèlement psychologique ou moral, le harcèlement sexuel, la gestion de crise et la résolution de conflit, mais aussi sur l’équilibre de vie, le renforcement de la résilience, le développement du leadership et la gestion et l’accompagnement du changement.

Les points clés à retenir

Cette conférence sur l’impact de la virtualisation du travail commence par explorer l’émergence d’une culture nomade de l’entreprise dans un contexte accru de mondialisation, de délocalisation de dérégulation du temps de travail de déspécialisation de l’espace de travail.

Les nouveaux usages et besoins professionnels des travailleurs contemporains dans un contexte global fortement dynamique, à travers la virtualisation du poste de travail, la mobilité (télétravail, déplacements fréquents), l’encouragement des entreprises à l’utilisation des terminaux personnels (Bring Your Own Device) sont les mesures des effets d’une virtualisation croissante sur les travailleurs comme sur les entreprises, quelle que soit la taille de la structure.

virtualisation-travail2Les avantages et enjeux d’une telle évolution sont :

  • Les libertés que certains travailleurs, surtout les femmes, trouvent dans le télétravail permettant de mieux répartir leur temps de travail en fonction des contraintes familiales, gagner le temps de trajet pour se rendre à l’entreprise, travailler dans un environnement choisi, plus économique, bucolique….
  • L’entreprise, grâce à cette connexion à distance, y trouve une augmentation de sa compétitivité par une meilleure flexibilité de ses employés dont le temps de travail ne devient plus borné par son temps de présence dans l’entreprise.
  • Impression de liberté, l’employé n’est plus enchainé à son bureau et libre à lui de choisir son endroit de travail le mieux adapté à ses goûts et contraintes.

Mais peu à peu apparaît le côté obscur des risques liés à la virtualisation que permettent les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) :

  • Effacement de la frontière entre la vie professionnelle et privée, il n’y a plus de bornes explicites au temps de travail le soir, le week-end, la nuit pour peu que d’autres dans l’équipe travaillent ailleurs dans le monde (délocalisation).
  • Le smartphone, les mails, les tchats interrompent tout le temps et, le travail devient miette, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour peu que l’employé "accro" au travail devienne peu à peu « i-slave » sans s’en rendre compte.
  • Affaiblissement des relations interpersonnelles : plus de discussions informelles au coin café, de moins en moins de face à face avec ses interlocuteurs...
  • Et ce n’est pas fini, les NTIC progressent plus vite que l’adaptation de l’homme à ses conséquences. La 4G permet d’avoir partout la même performance des réseaux que sur l’Intranet au bureau. Aux Etats Unis déjà 46% du territoire sont couverts par la 4G et bientôt ce sera 95%.
  • Un jour,  le corps de l’employé, qui s’est laissé entrainer trop loin dans ce tourbillon, dit non suite à un stress professionnel continu et c'est : l'épuisement, le Burn Out.

virtualisation-travailL’analyse des risques psychosociaux, physiques et environnementaux, associés au travail à distance, leur évaluation et leur prévention, les ravages du mal-être professionnel dans le cadre de politiques de virtualisation mal adaptées ou mal gérées, sont abordés à travers trois cas pratiques commentés par Cécile Van de Voorde :

  • 1er cas : La fragmentation des actes professionnels ou le « travail en miette ». Sondage dans la salle : Qui télé-travaille ? Combien de temps sur la même activité ? Dans la salle on est en avance sur les statistiques, en France 17% des employés font du télétravail, probablement 50% dans quelques années. Toutes les 17 minutes l’activité change : avec le ZAP, difficile de se concentrer sur une activité continue.
  • 2ème cas : L’interdiction du travail à domicile chez Yahoo! Sauf exception, alors que depuis quelques années le télé-travail était fortement encouragé. HP vient d’annoncer la même chose en octobre de cette année.
  • 3ème cas : Burn-Out au sein une grande multinationale promouvant le télétravail, les gardes fous ont sauté. La stratégie de l’entreprise était de pressuriser ses employés et de s’en séparer au bout de quelques années, de répartir les équipes dans différents pays conduisant les employés à des déplacements permanents... 5 endroits de travail différents en 5 jours ! Conséquences : dépression nerveuse, Burn Out, alcoolisme, violence conjugale…

Cécile Van de Voorde a conclu sur un plaidoyer pour une approche plus humaine, économique et écologique de la mobilité et la virtualisation du travail en recommandant  un accompagnement vers un changement sain et durable, ancré dans la flexibilité et l’agilité et favorisant une meilleure compréhension de cette nouvelle réalité du travail.

Un long moment de questions/réponses a permis à certains d’apporter des témoignages, un plaidoyer sur les bienfaits du télétravail :

  • un cas de Burn Out grave avec séquelle permanente pour un cadre d’une grande entreprise,
  • un étudiant de Grenoble INP à la fois rassuré et inquiet que la virtualisation est la pratique courante des étudiants pour travailler sur les projets en dehors de heures formelles de cours.

L'évènement s'est terminé par un échange sur le PMI® et sur les espoirs et cauchemars de la virtualisation autour d'un verre offert par le PMI Rhône Alpes.

En conclusion, un grand merci du PMI Rhône Alpes à Cécile Van de Voorde pour cette conférence bien réelle ainsi qu'aux personnels, enseignants et étudiants de Grenoble-INP, organisateurs de l'évènement, pour l'organisation parfaite dans les locaux de l'école ENSE3.

cecile-van-de-voordeMANTRAGINP

Rédacteur : François Pébay-Peyroula, volontaire du PMI Branche Rhône-Alpes.

1 : Grenoble INP, ENSE3 : Ecole d'ingénieurs en Energie Eau et Environnement
2 : MANINTEC ("MANagement  INnovation TEChnologies") : formation proposée au  semestre 5 de la formation d'ingénieur et permettant d'acquérir la double compétence ingénieur-manager dans le domaine de l'innovation technologique.

Partenaires Nationaux Diamants

Partenaires Nationaux Rubis

Partenaires Nationaux Saphir

Partenaires Nationaux Emeraude

Partenaires Rhône-Alpes