Annecy - Comment l’entreprise innovante crée-t-elle de la valeur ?

entreprise-innovante2On ne produit plus un produit seul, mais associé à un service.  On produit des objets qui contiennent de « l’intelligence stockée » : Innovation et entreprise se traduisent par des investissements lourds, des délais courts et des marges qui se réduisent…

L’innovation : un concept à facettes multiples qui recouvre des réalités très variées l’innovation est polysémique.

Sur quoi porte l’innovation ? Quels sont  les facteurs-clés de succès pour qu’une entreprise innovante crée de la valeur ? 

Tel était le thème de la conférence de Danièle Attias organisée par le PMI France pôle des Savoie le 27 mars à l’IUT d’Annecy et à laquelle a assisté une centaine de personnes.

Madame Attias, professeur en sciences de gestion à l’Ecole Centrale de Paris a proposé de répondre à cette question en trois étapes, en définissant tout d’abord l’innovation puis une entreprise innovante et en déterminant enfin les facteurs clé de succès pour qu’une entreprise innovante crée de la valeur.

entreprise-innovantePréalablement, la conférencière a rappelé que ce questionnement s’inscrit dans un monde en mutation dans lequel l’exigence de créativité et de réduction des coûts génère d’énormes tensions dans les entreprises qui tentent de s’organiser selon de nouveaux modèles collaboratifs. Nous transitons en effet d’une économie quantitative à une économie de la connaissance qui a vu le nombre d’innovations annuelles croitre de manière exponentielle en l’espace d’un demi-siècle, passant d’une innovation tous les quatre ans dans les années 1950 à plus de quatre par an en 2010, avec une prévision de huit par an dans deux ans !

L’innovation est polysémique, elle peut être incrémentale ou de rupture. L’OCDE définit quatre types d'innovation : les innovations de produit, les innovations de procédé, les innovations de commercialisation et les innovations d'organisation.

L’exemple d’innovation de Ford avec sa Ford T, modèle unique, fabriqué à la chaine par des employés suffisamment bien payés pour qu’ils puissent s’offrir le produit que fabrique leur entreprise, illustre parfaitement ce principe.

Une entreprise est innovante si ses innovations sont réussies : elles doivent rencontrer  un marché et créer de la valeur économique pour l’entreprise et pour le client. Innovation et stratégie d’entreprise sont indissociables. L’innovation est indissociable de la création de valeur dans l’entreprise qui recèle des trésors d’intelligence stockée dans la tête de chacun de ses employés et une intelligence collective : l’innovation c’est l’affaire de tous dans l’entreprise.

L’innovation technologique la plus aboutie ne confère cependant pas forcément un avantage compétitif pour celui qui la développe. L’exemple de l’avion supersonique Concorde l’atteste : ce fut une innovation technologique extraordinaire mais un désastre économique avec ses seize années de R&D pour seize appareils vendus seulement !

L’innovation doit se construire au sein d’un projet, elle doit faire sens, créer de la valeur partagée, à l’inverse de ce que furent les innovations du monde de la finance des années 2000 qui aboutirent à la sinistre invention des sub-primes. Au sein de l’entreprise l’innovation doit être insufflée par la hiérarchie, qui doit permettre le droit à l’erreur et encourager les employés à partager leur savoir sans crainte que cela ne les mette en danger. Il est nécessaire  de penser une entreprise hors les murs, au sein d’un écosystème.

Le professeur de l’ECP conclut par une définition de Joseph Schumpeter extraite de son livre ‘Capitalisme, socialisme et démocratie’ publié en 1942 :

« L'impulsion fondamentale qui met et maintient en mouvement la machine capitaliste est imprimée par les nouveaux objets de consommation, les nouvelles méthodes de production et de transport, les nouveaux marchés, les nouveaux types d'organisation industrielle – tous éléments créés par l'initiative capitaliste… Ce processus de Destruction Créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme : c'est en elle que consiste, en dernière analyse, le capitalisme et toute entreprise capitaliste doit, bon gré mal gré, s'y adapter. »

Une série de questions et de remarques sur l’innovation et notamment les projets d’innovation ainsi que des constats sur les changements comme celui de la place des hommes dans l’entreprise passant du statut d’employé à celui de consultant, ont clôturé la conférence.

L’assemblée des participants s’est ensuite retrouvée autour d’un cocktail offert par la société KPMG.

Rédacteur : Pascal Gil, PMI France - Pôle des Savoie

Avec le support de nos partenaires

KPMGIUT ANNECYuniv-savoie-logoclub-entreprises-savoiethesame

Partenaires Nationaux Diamants

Partenaires Nationaux Rubis

Partenaires Nationaux Saphir

Partenaires Nationaux Emeraude

Partenaires Rhône-Alpes