Edito du mois - La reconnaissance n'augmente pas avec le nombre d'e-mails

laude brunoChaque jour, un peu plus de 280 milliards d’e-mails sont envoyés dans le monde hors spams pour un nombre de comptes d’environ 5 milliards, soit un peu plus d’une cinquantaine par compte. En 2022, ce nombre devrait être de plus de 330 milliards. Au travers de ces données, il va s’en dire que l’e-mail est devenu l’un des moyens de communication par excellence et de plus en plus utilisé quel que soit le secteur d’activité. C'est un formidable moyen de communication et nous passons plus de 5 heures par jour à consulter des messageries. Cependant, on peut se poser la question si l’e-mail n’est-il pas en train de se substituer au lien social traditionnel. Il nous arrive d’envoyer des e-mails à des collègues situés à proximité alors que nous aurions simplement pu aller les voir. Mais par commodité, par peur de déranger, nous préférons communiquer de manière plus indirecte. Ne ressentons-nous pas aussi une certaine satisfaction à consulter nos emails, signe d’une certaine forme de reconnaissance à la fois sociale et professionnelle ? Nous avons tendance à travailler de plus en plus seul face à un écran et l’e-mail devient un lien entre nous et les autres. Chaque fois que nous nous reconnectons à nos messageries, outre l’aspect professionnel et personnel, ne calmons-nous pas également une espèce d’angoisse de ne plus faire partie d’un groupe, d’une peur du vide ? En multipliant le nombre d’e-mails, nous avons l’impression d’accroître notre importance. Pourtant, la reconnaissance ne viendra pas de l’augmentation du nombre d’e-mails mais bien des relations que l’on aura su entretenir avec son environnement.

Bruno Laude, Président du Chapitre PMI France

Partenaires Nationaux Diamants

Partenaires Nationaux Rubis

Partenaires Nationaux Emeraude