Sport amateur et Management de projet : des compétences très proches et même complémentaires - M. Operto

operto

Session, 14 Mars 2016

Michel Operto, Blog DantotsuPM

Présentation du speaker

Contexte

  • DantotsuPM.com, le blog du Management de Projets !
  • Le déclencheur pour démarrer des activités sportives en amateur fut l’envie de Michel d’arrêter de fumer, sans prendre trop de poids, et donc en commençant la course à pied.
  • Le parallèle entre la préparation et la conduite de cette nouvelle activité, et la gestion de projet fut développé au cours de la session.

Report

Vision

Ce qui compte dans un projet comme dans la pratique d’un sport amateur, c’est d’avoir une vision claire de l’objectif qu’on veut atteindre, qui peut être différent pour chacun. Pour Michel, l’objectif était d’arrêter de fumer sans prendre trop de poids. Un autre objectif pourrait être la performance, la gestion du stress, l’intégration à l’arrivée dans une entreprise où on ne connait personne. 

Il est important de bien déterminer ce que l’on veut atteindre, et de revoir ces objectifs régulièrement. Comme on le fait sur notre projet en tant que chef de projet. 

 

Planification

Operto 201603

Ensuite, comment se prépare-t-on à atteindre l’objectif ? On fait un plan projet (PMP), qui se traduit par un tableau du modèle d’entraînement hebdomadaire en 

prenant en compte les différents paramètres (rythme cardiaque, récupération, etc.) et on se fixe des jalons pour ne pas « se griller » trop vite.

Il est important de gérer les ressources : de quelles compétences vais-je avoir besoin ? Un bon équipement, de bonnes chaussures, une montre pour mesurer le rythme cardiaque, etc. 

Savoir s’entourer et gérer les parties prenantes : le conjoint gère les enfants, et on court ensemble de temps en temps pour se faire plaisir. Utiliser la dynamique d’équipe pour la motivation.

 

Suivi

Une fois qu’on a préparé l’environnement, on démarre graduellement et avec régularité. Plus on sort souvent, plus c’est facile de « sortir » sans se poser de questions. Ne pas remettre à demain, « Today is a good day ». Et on suit les objectifs sur l’échéancier : un smiley quand on a fait une bonne performance, ou l’utilisation des outils de suivi informatiques automatisés: Nouveaux outils GPS et autres.

Il est important de visualiser le succès au-delà de l’objectif, pour garder la dynamique et ne pas se relâcher avant que ça soit réellement fini.

Gestion des risques: Attention au détail, pour le confort et pour ne pas se blesser, gérer des risques (lampe frontale pour courir la nuit), prévenir et traiter les bobos. Malgré tout, la blessure arrive, et il faut donc faire attention aux signaux faibles, c’est vrai aussi dans notre équipe (heures d’arrivée et de départ, fatigue, etc.) pour pouvoir réagir.

Développer un panel d’activités sportives qui contribue au bien-être global. Découvrir un pays les baskets aux pieds permet d’être en prise avec le réel, de voir autre chose.

De plus en plus, Michel travaille sur des projets agiles, et il faut garder à l’esprit qu’en sport comme en agilité, entre deux sprints il faut récupérer.
De même, essayons de nous donner un sprint 0 après chaque release pour que l’équipe projet prenne des congés, épure la dette technique, et reprenne son souffle, sinon on épuisera les équipes.

 

Finish line

C’est important de commencer, c’est important de s’accrocher, et ça paie dans le long terme. Il faut se fixer des objectifs raisonnables et évolutifs. La course est une belle leçon d’humilité pour les chefs de projet, et il vaut mieux que ça soit en sport que sur un projet d’entreprise.

Mon conseil: Ne pas lever les bras au ciel trop tôt. Comme dans les projets, ne pas sous-estimer la « clôture ».

   

Bonetto Christian Jacques

Quillaud Helene

 Report par Christian Jacques Bonetto, PMP et Hélène Quillaud, PMP

 

Partenaires Nationaux Diamants

Partenaires Nationaux Saphir

Partenaires Nationaux Rubis

Partenaires Nationaux Emeraude